“… een beetje”

NL photo blogJ’avais envie de partager mon expérience d’étudiante du soir. Depuis plus d’un an et demi je prends des cours du soir destinés aux adultes. J’apprends le néerlandais avec beaucoup de sérieux et souvent un brin d’incrédulité.

Je n’ai jamais accepté l’idée de stagner, de ne plus apprendre. Et même si la vie apporte tous les jours son lot de leçons et d’expériences, pour moi l’apprentissage passe par le rituel du cours – où le contenu et le savoir se transmettent grâce à la pédagogie soignée et préparée par un enseignant qui prend du plaisir dans la transmission de la connaissance.

Ou peut-être qu’inconsciemment les bancs de l’école me manquent tellement que j’ai trouvé ce prétexte pour combler ce besoin un peu instinctif d’être assise sur une simple chaise et écrire sur mon cahier.

Ou peut-être que j’ai fini par me prendre d’affection pour cette langue qui est celle de certaines personnes que j’admire et souvent que j’aime.

Je ne sais pas très bien.

Pour moi, chaque cours amène sa dose d’émerveillement, non seulement parce que je réalise que ma faculté d’apprendre et d’étudier n’a pas décliné avec l’âge, mais surtout parce qu’aborder une langue qui n’est pas la sienne ressemble à une ballade dans un palais plein de fastes et de splendeurs dont on aimerait tout garder.

La plus belle satisfaction reste la magie des mots. Ceux que l’on restitue et qui finissent par avoir du sens quand on les colle l’un à l’autre, quand on les articule – parfois péniblement, et quand on les projette sous forme de phrases, structurés selon une grammaire, apprise et répétée. Ces mots qui prennent sens et engendrent une réaction, parfois une réponse.

C’est une magie de tous les jours. Dire et se faire comprendre. Dire ce que l’on ne savait pas dire un jour plus tôt et se faire comprendre tout de même, par l’œuvre d’un cours bien donné, et bien étudié.

Posted in Ma Belgique | Leave a comment

Knitting is mending – This special thing about my socks

photo socksI remember when I told the shopkeeper with fiery enthusiasm “You know, I just need a beautiful wool to knit nice socks for my boyfriend. My first socks.” Anyone who has ever tried to knit socks for the first time can understand this thrilling motivation and pride you feel when you start your very first stitches.
The wool-lady looked at me with a sympathetic and grave smile, then put the yarns in my hands.
A couple of weeks later, I was sitting in a plane to Istanbul and knitting the second sock. My neighbour looked at me with the same pathetic and grave smile: “this is quite an anecdote” he said. Then his glance moved from my stitches to the tiny screen in front of him, as if he was feeling some kind of comfort from the war scenes in the movie he was watching, after hearing my story.
That was quite an anecdote indeed. Just a month after buying the yarns with the sweetest intentions in the world, I finished my first sock. And I was feeling very proud of myself: I had knitted a lovely sock for a lovely boyfriend. What else could I ask for?
But the following day, the lovely boyfriend just decided to split, and he left me alone with my sock and my sorrow.
There was not much I could do with one sock. I did not want to throw away this source of pride and result of so many hours of dedicated work. But this one sock was also a symbol of a heart torn apart. So I just decided to go on knitting. I was not hoping that the not-so-lovely-anymore now-ex-boyfriend would ever wear them. I just could not bear the tragic idea of being alone with a lonely sock.
It took me another month to knit the second sock with the same dedicated attention. It was like mending my soul. Then I could take possession of this much wanted pair of socks.
The socks are a bit too big for the size of my feet, but I have kept them for myself. They often remind me that patience and dedication can be the way to overcome the hardships that cross my path… and provide the most exquisite pride in my own work and way.

Posted in Femmes | 1 Comment

Eve, lève-toi

Eve - Lucas CranachS’il est bien un mot, un concept, une expérience dont j’ai une sainte horreur, c’est bien la fin.
Fin des vacances, fin du film, fin du pot de crème, fin de l’amitié, fin du contrat, fin des énergies fossiles, fin des haricots…
Les au revoir – pire – les adieux aux choses, aux hommes, aux histoires, à la beauté, nous renvoient sans cesse à notre infinie finitude. La vie ressemble à une pomme consommée jusqu’au trognon.
Ma dialectique favorite pour en finir avec la fin consiste à savourer la pomme lorsqu’elle a déjà été mangée. Le souvenir comme parade à notre condition humaine étriquée.Mais la pomme perd parfois de son goût et l’arrière-goût du souvenir peut devenir amer.

Ma dialectique tombe à l’eau.

Et si finalement il n’y avait comme échappatoire à la fin que la force de l’accepter ? Le pied-de-nez de l’infinie volonté.
Empêtrée dans ma dialectique à deux temps sous, j’ai cherché une stratégie pour en finir avec la fin.

« Fais selon ton plaisir », m’a-t-on dit.

Et mon plaisir a été de mettre fin au point final de ce blog et de me promettre que ma chute ne serait qu’une fin un peu feinte.

« Au commencement était le Verbe … »

Posted in Femmes | Leave a comment

Vanité des vanités

My story begins in New-York, a few months ago. I was hanging around in this fashion centre where they presented an exhibition about the Ivy League Style.

Walls were decorated with quotes of Fitzgerald’s Side of Paradise. I ended up turning quite obsessed about this book and the obsession became even acuter when I realised that Fitzgerald had written this book to seduce a woman. I found it quite clever and very desperate. Then I bought the book.

At that time, I was still reading Vanity Fair and enjoying it very much. It actually took me a long time to come to the end of this book. This is actually where my story starts.

When I finished Vanity Fair, I jumped immediately to This Side of Paradise. For some reason I did not find it captivating, despite the story and the style that I enjoyed very much.

Because I was still living in and with Vanity Fair. This book is peopled by strong and intense characters. You share their lives, follow their evolution. They become your daily companions, you tolerate their shortcomings, understand their failures.

One day, I had to turn the last page of Vanity Fair and this whole world was over. The story had an end.

But I just refused to believe it and I went on living in the book, without accepting that sooner or later my companions would be vanishing in the darkness of the past. For a long time, I remembered what they did and wished to anticipate what could have happened if the story had not finished. They were still alive in my memories.

The dust has now fallen over Vanity Fair. I have placed the book on the shelves, among all those that once inhabited my memories and disappeared, and have made the person I am today.

Vanity Fair is a novel without a hero. I wish I could write a story without an end.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Guidelines on decency for Facebook users – human and technical approach

Credits : Facebook (do we ) connect – by Christian Scholz @Flickr

Any FB user will be aware of the old good saying “ All your FB friends are NOT necessarily your actual friends”

However, FB is a social network and its keyword is “sharing”. In other words when you are on FB, you interact in a way or another with people. And those people, your FB friends (FBF), can be very diverse, and you do not maintain the same kind of relationship with everyone.

It might sound quite silly to write such obvious things. But, I have found out that people tend to forget about these basics and I have thought it could be useful to remind them of some functions of mighty FB.

FB is the kingdom of happiness, and that makes it a potential smooth and positive tool. However it seems that the more time you spend on FB, the more depressed you are likely to become. How is that ?

Indeed, FB can be very enjoyable. You can see some pictures of your best friend’s children, read recommended articles from an old acquaintance, share your favourite video with a group of friends, get back in touch with an old buddy, or send some jokes. That’s the spirit !

Despite this, I would guess some use of FB can be very violent and would make people sad.

I am pregnant, maybe some FBF’s who are desperately trying to have a child for some years would not like to see a close-up of my round belly.

You are getting married, maybe one of your FBF’s who has just been dumped after a 5 year relationship would not like to see so many pictures of your happy and kissing couple.

He could afford a nice relaxing holiday in the Bahamas, maybe his FBF who has just lost his job would not want to be aware that he is having mojito’s everyday on his sunny private beach.

We have just split up, maybe you don’t want to see the face of my new boyfriend.

Mind you, there is nothing wrong in sharing all those good moments with people who are happy to share with you ! So what is the trick ?

First be polite and considerate towards those who might not be ready to share everything with you. This just requires a bit of education, decency, sense and sensibility.  Think about the group of people who might be ready to interact with you on what you want to post and those persons who might not be.

Then FB helps a lot. Google+ has this function where you can classify people according to what they mean for you, friends, acquaintances… FB has the same function, and you can use it. You can be even subtler with FB and create lists of people with whom you want to share your posts.

So say you are having a nice romantic moment with your girlfriend, and you take some pictures. You might just want to share those pictures with her, and make sure your colleagues are not aware of your private life.  How is that possible ?

Upload your picture, and go to the “custom privacy” button ( it should be placed on the corner at the right-hand side) and this will allow you to make your post visible to some people only… or to hide it from some people as well!

Then you can choose the field ‘specific people or list” and pick up who you want to show your picture to (in this case your GF), you click on her name, and that is it.

Now say you want to share the picture with a circle of very good friends. You can just add several names in the field.

But you can also create and register a tailored list so that you don’t have to pick up the same friends each time you want to show them something you don’t want to share with anyone else.

This is very simple as well. On the homepage of FB, you will find a block called “friends” on the left hand side. You may have to expand the columns by clicking on “more”.  Click on the word “friends”. You are then directed to a page where you can create a list of friends and which shows you all your lists already existing. Just click on the “create list” button, give a name to your list and choose who you want to add in this list. It is as simple as that !

And if you want to hide you post from your colleagues, create a list with all your colleagues in it, and follow the same process, you click on the privacy button, go to “custom” and add the list “colleagues” in the second field (“hide this from”)… etc …

You can also find the privacy button once your picture or your posts in general is uploaded. It comes just besides the date of your post.

Think about this little trick when using FB. A social network is not as virtual as some may believe. There are real people behind their screens and you don’t want to interact with everyone in the same fashion.

For those who sometimes feel sad when using FB because they see too much happiness out there, for those who start feeling annoyed by a FB user whose posts are just too much in your face, I would advise you share these guidelines with them.

And in due course if you realise your FB community is just polluted by a tactless person, who is definitely not able to follow these lines, you may just want to push the “Unfriend” button.

Posted in Uncategorized | 1 Comment

Seasons

Seasons

On aimerait faire parler les saisons à la lueur des souvenirs…

… A la lueur des printemps frais et lumineux, d’où la nature jaillit

… A la lueur de l’épanouissement d’un été jaune et orageux

… A la lueur d’un automne enflammé et mélancolique

… A la lueur d’une neige fraîche et soyeuse

C’est un beau rondo lisse, une répétition à l’infini

 

Et soudain tout fout le camp

Le printemps devient capricieux et prend des airs de fin du monde

L’été a chipé sa pluie à l’automne

L’automne lui dérobe son soleil

L’hiver s’ankylose

Les souvenirs s’évanouissent

 

Et le petit rondo enivrant rappelle la beauté des saisons disparues.

Posted in Uncategorized | 4 Comments

Lettre ouverte à mon assureur

Cher Monsieur l’Assureur,

J’ai reçu aujourd’hui une lettre de votre part. Je l’attendais depuis un moment, car cette année encore, je n’ai pas fait d’accident –  ni en droit, ni en tort.

La logique aurait donc voulu que vous m’annonciez, Monsieur l’Assureur, une baisse du prix de ma police, non seulement pour récompenser ma prudence de l’année écoulée mais également pour honorer ma fidélité que vous faites semblant d’ignorer.

Une pointe de remord semble tout de même vous étreindre lorsque vous essayez de justifier cette augmentation, par des arguments que je qualifierais de débiles, au sens latin du terme, Monsieur l’Assureur. L’augmentation de ma police serait liée à des « facteurs externes » qui vous permettent de ne pas vous remettre en  cause, Monsieur l’Assureur.  Ce n’est donc pas votre faute, et bien la faute des autres…

La faute aux frais de réparation plus élevés. Selon vous, les réparations dans les garages coûtent de plus en plus chères.  Voyez-vous, Monsieur l’Assureur, je suis comme Saint Thomas, je ne crois que ce que je vois. Et me tenir un discours du type « c’est vrai parce que je vous le dis, ma p’tite dame » ne réussira pas à me convaincre que vous détenez la vérité. Des chiffres, Monsieur l’Assureur, des chiffres ! Mon garagiste à moi n’a pas augmenté ses prix.

La faute au mauvais état des routes, lui-même dû à l’hiver rigoureux. Je ne pense pas, Monsieur l’Assureur, que vous ayez passé l’hiver dans le même pays que moi. L’hiver, cette année, n’a pas été très rigoureux.  Quelques semaines de températures négatives, en effet. Mais c’est cela qu’on appelle l’hiver  – au sens français du terme –   Monsieur l’Assureur. Je vous suggère de passer les mois  d’hiver en Sibérie pour comprendre la signification d’un hiver dit rigoureux. Mais peut-être passez-vous vos hivers sous des cieux plus ensoleillés, Monsieur l’Assureur.
Et puis, les taxes que je paie aussi régulièrement que vos polices, à d’autres Institutions que la vôtre, Monsieur l’Assureur, servent également à pallier cet état des routes que vous trouvez si mauvais. Etes-vous en train de m’expliquer, Monsieur l’Assureur, que vous voudriez me faire payer doublement la facture ?

La faute à la hausse des sinistres. Il se trouve, Monsieur l’Assureur, que justement, je fais partie de ces gens qui ne font pas augmenter les sinistres depuis quelques années. Vous croyez aussi bon de préciser que le nombre de sinistres avec lésions corporelles diminue et celui avec dégâts matériels ne cesse de grimper.  Pourriez-vous alors, Monsieur l’Assureur m’expliquer pourquoi la police qui me couvre en cas de lésions corporelles a également augmenté ?

Il semble, Monsieur l’Assureur, que l’expression « customer-minded» , au sens anglais du terme, ne soit pas entrée dans le vocabulaire courant de votre entreprise.  Bien au contraire, il semble que vos clients, aussi fidèles soient-ils, soient traités platement comme des débiles- dans tous les sens du terme –  Monsieur l’Assureur.

Votre future ex-assurée.

Posted in Ma Belgique | Leave a comment

Prince charming vs Superman

Rassurez-vous, Katy&Willy ne seront pas les héros de mon papier. Mon héros à moi, c’est Superman. J’avais envie d’écrire sur lui depuis longtemps. Alors, histoire d’adoucir le ton légèrement  irrité de mon papier précédent, je vous propose quelques-unes de mes théories sur le concept mouvant du Prince charmant et sur l’implacable Superman.

Quand j’étais gamine, j’avais le 33t qui racontait  l’histoire de Blanche Neige. Elle chantait « un jour mon Prince viendra … blablabla…». Curieusement, ça m’a toujours laissée sceptique cette histoire. Encore une cruche qui allait attendre gentiment qu’un truc sympa lui arrive.

Déjà à l’époque, le Prince charmant avait quelque chose de louche pour moi. Une personne qu’on attend, qui viendra peut-être, … ou peut-être pas… il n’y a vraiment pas de quoi se mettre à chanter à sa gloire.

Il me semblait que Superman était beaucoup plus intéressant. Superman, lui, assure à tous les coups. Il sait tout faire, il va partout, il défend la veuve et l’orphelin, il réussit tout ce qu’il entreprend.  A coup sûr, Superman viendra. Un jour.

Avec le temps, on apprend à nuancer.

Il y a quelque chose d’intéressant, dans l’idée du Prince charmant …  le dédoublement possible du concept. Le Prince charmant peut être un Prince, charmant au départ, qui le deviendrait  un peu moins avec le temps. Ou cela peut être un homme charmant qui devient Prince. L’idée du Prince est aussi toute relative. Aujourd’hui, est Prince qui veut bien l’être.

Par contre Superman, c’est un concept en bloc. On peut retourner le mot tant qu’on veut, mais on ne peut pas le délier. On n’est pas ou Super ou Man… on est Superman ou rien. On vient ou on ne vient pas. Si on est Superman, on ne vient pas à moitié. Quand il y a un pépin, Superman est là. Difficile de tenir le rôle 24h/24.

Le Belges francophones utilisent un adjectif très utile pour la définition des hommes – princes charmants et supermen confondus –  qui ne sont pas à la hauteur de leur rôle : foireux. Intraduisible en néerlandais, intraduisible en anglais … tout est dans la sonorité de l’adjectif qui peut devenir un nom au besoin.

Récemment, j’ai découvert la puissance du mot. Plus fort que Superman … qui m’avait laissé sa chemise en guise de cape, et, pour le coup, n’a pas pu voler très haut.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

J’ai testé pour vous : acheter sa voiture en France quand on réside en Belgique

Prélude
Aux grands apôtres du Marché unique et autres euro-béats qui tenteront de vous convaincre des mérites de l’Union européenne, ne répondez qu’une chose : certes… mais je ne rejoindrai votre secte que le jour où, résidant en Belgique, je pourrai acheter une voiture en France pour l’utiliser dans mon pays de résidence sans que la voiture soit obligée de passer par un contrôle technique français et par un contrôle technique belge, que les papiers à présenter pour le-dit contrôle technique et les tests effectués soient similaires et reconnus dans les deux pays, et que je puisse assurer ma voiture en France ou en Belgique – peu importe mon pays de résidence.
Je vous épargne ici un paragraphe sur la voiture certes polluante, mais nécessaire, somme toute, à la mobilité, grand cheval de bataille de l’UE. Ma caisse, c’est ma liberté. Et ça ne m’empêche pas de prendre les transports en commun.

Revenons aux faits. Le cas semble simple. Belgique, France : deux pays frontaliers, partageant la même langue officielle, plutôt bien développés niveau économique et social, et, de surcroît membres fondateurs de l’Union européenne. L’un est mon pays d’accueil, l’autre mon pays d’origine. Cela a toujours très important pour moi de considérer que je vis comme une bonne citoyenne européenne et non comme une bonne citoyenne belge ou française. Je ne crois pas aux frontières, elles n’existent pas dans mon quotidien, elles sont absurdes et cela fait des années que je passe mon temps à essayer de les gommer dans la tête des gens.

Jusqu’au jour où j’ai voulu acheter une nouvelle voiture. N’étant pas experte en la matière, détestant négocier les prix et parce que j’ai les parents les plus adorables au monde, je leur ai demandé de bien vouloir se charger de cette délicate mission.

Mes parents sont aussi des habitués de la libre circulation et ils ont rempli leur mission sans penser un seul instant qu’il pouvait encore exister de fameuses entraves à la-dite liberté de circulation dans l’Union européenne.

C’était sans compter le marché automobile et des assurances. Car acheter une voiture en France pour l’immatriculer en Belgique n’est pas encore un acte anodin qui relève de la simple transaction commerciale. Non c’est un art. Celui de s’adresser à des fonctionnaires. Celui de s’adresser à des agents d’assurance. Celui de comprendre qu’il ne faut pas essayer de comprendre la logique kafaïenne des formulaires roses ou verts, accompagnés de leur vignette jaune. Un art de la patience, pour laquelle j’ai beaucoup de mal à faire mes preuves.

Décidément, la liberté ça ne s’achète pas, il faut toujours se battre pour elle.

Posted in Uncategorized | Comments Off

Où sont vos yeux de jade ?

Quoi de plus essentiel et inné que de se sentir entouré d’eau ? Comme un retour au giron maternel, à la fois protecteur et porteur d’inconnu. Le contact de l’eau instinctif et salutaire ramène aux origines de la vie et au rapport primitif avec le monde. L’immersion est un moment privilégié.

Tout a commencé hier, avec un bain bouillonnant. A huit dans une marmite à bulles. Une scène un peu cocasse. Et soudainement, des souvenirs d’un voyage en République tchèque. Une de mes quêtes culturelles, historiques et sensitives les plus belles et les plus réussies.

Je ne sais plus pourquoi, un jour, j’ai commencé à me passionner pour ce pays. Était-ce une rencontre fortuite ou attendue ? Était-ce simplement son histoire ? Le caractère dur et digne de son peuple ? Havel ? Kundera ? Hrabal ?

J’avais envie de savoir et sentir ce qu’avaient été le Printemps de Prague, la Révolution de Velours. J’imaginais Jan Palach s’immolant par le feu et le peuple dans les rues. Ces pensées étaient devenues obsession.

Et puis, il y avait cette chanson emprunte d’images sensuelles et de souvenirs vivaces.

Marienbad.

Quand je suis arrivée pour la première fois à Marienbad, j’avais les yeux remplis de la beauté de Prague. Le dos chargé d’effets inutiles. L’esprit tourné vers des yeux de jade. Et le reste du corps cherchant le repos des eaux.

J’avais l’air d’une étudiante sans le sou. Je cherchais un hôtel. Des dames ne pipant pas mot d’anglais et tâchant de dialoguer avec moi dans leur russe maternel ont pris pitié de moi. Elles m’ont proposé une chambre pour 10 euros la nuit. Mais cela ne ressemblait pas à mon fantasme de Marienbad. Et là, j’étais bien sure de ne pas trouver les yeux de jade.

J’ai parcouru les hôtels et j’ai trouvé une chambre libre à mon goût dans un petit établissement coquet. Ce n’était pas une chambre, c’était une suite.

Le lendemain, je suis descendue au sous-sol de l’hôtel où j’ai trouvé une jolie piscine ornée de mosaïques bleues. Rien que pour moi.

J’ai beaucoup nagé ce matin-là, savourant le plaisir d’être à Marienbad, en République tchèque, au milieu de nulle part, sans personne. Il n’y avait que moi, le bruit régulier de ma brasse et ma respiration tranquille.

Après la piscine, j’ai collé mon dos contre des bouillons bienfaiteurs. Des bulles, encore des bulles, toujours des bulles.

Hier, j’ai cru ressurgir de ces bouillons évanescents, sortir la tête de l’eau et rire d’avoir trop bu de bulles.

Avec la mémoire vivace de Marienbad. Et ma recherche obsédante de vos yeux de Jade.

Posted in Uncategorized | Leave a comment